Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Amertumes

Des Sages

15 Juillet 2012 , Rédigé par Darius Hyperion Publié dans #Sonnets

{sonnet irrégulier - darique}

 

Assis au Bord du Monde où le Ciel joint le Vide,
Les Pieds ballant ainsi que les Espoirs humains
- De ceux qu'ils caressaient aux Heures des Demains,
Eux qui ne savent plus qu'ouvrir leur Bouche avide -

Ils regardent passer sur de lointains Chemins
L'Infini qui les grise au Vertige livide,
Et sous les Traits touffus de leur Face impavide,
La Chimère pétrit des Rêves à deux Mains.

Ce Banc n'est qu'un Tremplin pour la grande Envolée,
Mais si leur Âme part, ici restent les Corps,
Dans le Mépris passant, la Fierté ravalée.

Et quand leur Gorge crie avec d'affreux Accords,
Les Mots ne disent pas la Vision redoublée
De leurs Yeux délavés par les Alcools trop forts.

 

 

 

Addenda :

Je voulais appeler cette forme de sonnet irrégulier 'sonnet darique', en toute immodestie, pensant l'avoir inventée. Un visiteur me faisant remarquer que cette forme est commune en Roumanie, je dois donc revoir mes prétentions à la baisse. Merci à ce visiteur qui m'a renseigné sur cette poésie roumaine que je ne connais pas :
en Français Mihai Eminescu (1850 - 1889)
en Roumain Mihai Eminescu (1850 - 1889)

 

Rectificatif à l'addenda :

Suite à des échanges de commentaires sur un autre sonnet de mon crû de cette forme En Retard, et en regard de recherches effectuées par des lecteurs et moi-même, il semblerait qu'Eminescu n'ait écrit que deux sonnets de cette forme, et qu'ils soient probablement les seuls en Roumanie. Ayant moi-même écrit trois sonnets de cette forme sans connaissance du poète roumain, je baptise cette forme ABBA BAAB CDC DCD "sonnet darique" jusqu'à ce que l'on me prouve que cette forme porte déjà un nom et a été utilisée de façon intensive que ce soit en France ou ailleurs dans le monde.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

raymonde verney 31/07/2012 10:08


j'aime la simplicité et l'humour bonne réponse

raymonde verney 30/07/2012 13:09


vous êtes un maître j'en ai toujours eu la conviction


ne souriez pas 


je vais écrire un sonnet selons vos règles


raymonde verney

Darius Hyperion 30/07/2012 13:32



Comme dirait mon propre maître : mettez un terme au maître !



Aloysius Hubert 26/07/2012 14:53

Iubind în taină am păstrat tăcere, Gândind că astfel o să-ți placa ție, Căci în priviri citeam o veșnicie De-ucigătoare visuri de plăcere. Dar nu mai pot. A dorului tărie Cuvinte dă duioaselor
mistere; Vreau să mă-nec de dulcea-nvăpăiere A celui suflet ce pe al meu știe. Nu vezi că gura-mi arsă e de sete Și-n ochii mei se vede-n friguri chinu-mi, Copila mea cu lungi și blonde plete? Cu o
suflare răcorești suspinu-mi, C-un zâmbet faci gândirea-mi să se-mbete. Fă un sfârșit durerii… vin’ la sânu-mi. Mihai Eminescu Aimant en secret, je gardais le silence, Puisque, je croyais, tu le
voulais ainsi, Mon coeur à tes yeux pour toujours obscurci D'un rêve mortel de vaine jouissance. Mais je n'en peux plus. Ces désirs sans merci Ont paré les mots de leur mystère immense ; Je veux
dans l'ivresse avoir enfin la chance D'une âme à chérir sachant la mienne aussi. Ne me vois-tu pas brûlé de soif ardente Et l'oeil affligé de ton éloignement, Toi si chère enfant dont la blondeur
m'enchante ? De ton souffle pur rafraîchis-moi vraiment, De ton beau sourire obtiens que ma voix chante. Viens tout contre moi... soulage mon tourment. Mihai Eminescu

Darius Hyperion 26/07/2012 16:44



Iubind în taină am păstrat tăcere,
Gândind că astfel o să-ți placa ție,
Căci în priviri citeam o veșnicie
De-ucigătoare visuri de plăcere.

Dar nu mai pot. A dorului tărie
Cuvinte dă duioaselor mistere;
Vreau să mă-nec de dulcea-nvăpăiere
A celui suflet ce pe al meu știe.

Nu vezi că gura-mi arsă e de sete
Și-n ochii mei se vede-n friguri chinu-mi,
Copila mea cu lungi și blonde plete?

Cu o suflare răcorești suspinu-mi,
C-un zâmbet faci gândirea-mi să se-mbete.
Fă un sfârșit durerii… vin’ la sânu-mi.

Mihai Eminescu

Aimant en secret, je gardais le silence,
Puisque, je croyais, tu le voulais ainsi,
Mon coeur à tes yeux pour toujours obscurci
D'un rêve mortel de vaine jouissance.

Mais je n'en peux plus. Ces désirs sans merci
Ont paré les mots de leur mystère immense ;
Je veux dans l'ivresse avoir enfin la chance
D'une âme à chérir sachant la mienne aussi.

Ne me vois-tu pas brûlé de soif ardente
Et l'oeil affligé de ton éloignement,
Toi si chère enfant dont la blondeur m'enchante ?

De ton souffle pur rafraîchis-moi vraiment,
De ton beau sourire obtiens que ma voix chante.
Viens tout contre moi... soulage mon tourment.

Mihai Eminescu



Aloysius Hubert 26/07/2012 09:19

Les poètes roumains ont beaucoup pratiqué le sonnet darique. Il est également vrai que la plupart des grands poètes français auteurs de sonnets ont su avec bonheur varier le schéma des rimes,
employant notamment ABBA BAAB dans les quatrains ou CDC DCD dans les tercets. Je n'ai d'ailleurs jamais compris la soit-disant supériorité des formes "régulières"... Pas sûr non plus qu'il faille
absolument trouver un nom à chacune de ces innombrables déclinaisons. Très cordialement. A.H.

Darius Hyperion 26/07/2012 10:11



Et bien j'apprends quelque chose, mais il est vrai que je n'ai jamais pratiqué la poésie roumaine. Avez-vous un exemple (original et traduction, SVP) ? Donc mon "invention" n'en est pas une,
tant pis. Mais sonnet "darique" ça sonne bien pour une forme "roumaine", non ? Une journée passée sans avoir appris quelque chose est une journée perdue. Vous avez sauvé ma journée, merci !


Pour ce qui est du débat des formes régulières/irrégulières, je pense simplement que si l'on veut définir un sonnet, il faut bien se donner une référence. Deux quatrains suivis de deux tercets
est une base. Mais l'intérêt des formes canoniques est aussi dans les deux rimes des quatrains, nécessitant quatre mots chacune, contrairement aux formes de Shakespeare et Baudelaire, sur quatre
rimes de deux mots chacune aux quatrains. Et puis l'on a tendance un peu trop à oublier les vers qui se répondent par le jeu des rimes, la progression du thème et la chute, pour ne s'arrêter qu'à
la distribution des rimes.


Peut-on encore parler, d'autre part, de sonnet quand les tercets sont mis avant les quatrains ? ou entre eux ? ou quand on ajoute un quinzième vers ? ou quand le poème est écrit en
prose ? ou quand les quatorze vers sont distribués en 5 strophes ? Moi ça me fait penser à des Organismes Génétiquement Modifiés : des poulets à quatre cuisses, ou sans plumes, ou avec la
tête au niveau du croupion, ou pondant des oeufs cubiques. Ce sont des monstres, quel que soit l'intérêt qu'on y porte. Pour moi, un sonnet irrégulier face à un sonnet canonique, c'est un
yorkshire face à un loup ! J'ai écrit ce poème, par exemple, est-ce un sonnet ? Pour moi non.


http://darius.hyperion.over-blog.com/article-vanite-85719004.html


Enfin bref, on peut en discuter sans fin.


Merci en tous cas pour votre commentaire



raymonde verney 24/07/2012 09:36


merci darius


c'est vous qui avez inventé la forme irrégulière !


je visiterai le lien en prenant le temps de bien assimiler


merci


raymonde verney

Darius Hyperion 24/07/2012 09:59



Hey non ! il y a eu des formes irrégulières bien avant moi, dès la Renaissance, et les plus beaux se trouvent chez Baudelaire ! Par contre je n'ai jamais vu cette forme particulière dans
toutes mes lectures, alors, je pense pouvoir dire que ce sonnet particulier est ma création, c'est pourquoi je l'appelle sonnet darique. J'en avais déjà fait un


 http://darius.hyperion.over-blog.com/22-categorie-1219700.html