Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Amertumes

La Mort du Poète

1 Septembre 2007 , Rédigé par Darius Hypérion Publié dans #Sonnets

(Sonnet irrégulier - ÀwArthurBR.)
Copier c'est voler
IlXavaitXdix-septhAns,Gl'ÂgeDsuperlatif
Xl'onyn'estzpasKsérieuxodansrlagLeçonOd'Algèbre ;
IlOrêvaitLdetsavGloireSetUdejDestinFcélèbre
EtdvouaitKàRsaBMuseZunjCulteOadmiratif.
Copier c'est voler
LaNBellewsebparaîtKd'ArtificesdenINombre :
DouzeIPiedsZd'unfCorsetIcommeaVoileRauLVaisseau
Dont,uuntSoircdehDébauche,eilbentrepritpl'Assaut ;
« Découvrez-moioceUSeinCquePlayRaideurMencombre. »
Copier c'est voler
MaisdlaLGainejdéfaitezilAseltrouvarfautif :
LaMFilleQétaituosseuseyetelelGalbevchétif ;
SaeRaisonsvacillanteAennperditql'Équilibre,
Copier c'est voler
IlomourutnendléguantLdeswVersdsurpunBLambeau ;
L'ÉpitapheNinscrivitQauCMarbreSduyTombeau :
« LeYPoètelici-gît,amortPd'avoirmétéRlibre. »

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Pierre de Cœur 01/05/2015 00:20

Sauf pour le Gloire, presque mon portrait à cet âge...

Mais le prétendu poète n'est pas mort, il est revenu à l'algèbre et, après lui avoir dédié une vie, sa muse est revenue avec le soir. Cette fois je ne répéterai pas la même erreur, comme quand je l'a perdue. Il n'est jamais trop tard. :-)

Enfin, des vers qui m'ont touché le cœur.

Darius Hyperion 28/05/2015 19:05

Avec pas mal de retard : merci pour votre passage.

David 29/12/2009 02:48


Par rapport à d'autres de vos textes plus fouillés, celui-ci m'avait effectivement semblé "bâclé", mais je n'ai pas osé utiliser le terme, toujours très prudent sur le net dans l'ignorance de la
susceptibilité des personnes. Mais bon, vu que vous en usez vous-même... 
Merci pour cette petite discussion sympathique et bonne continuation.

Cordialement,

P.S. : ma volonté de concision vous a quelque peu induit en erreur. Le sonnet seul est irrégulier. Par contre, la synérèse à "sérieux", neo-classique ou pas, poème bâclé ou non, est dommage en ce
sens qu'il s'agit d'une référence au vers de Rimbaud et que celui-ci emploie la diérèse pour le même mot... cette remarque, même en sachant que dans les poèmes que j'ai lus de vous, vous passez
(consciemment) cette contrainte. Enfin, vous n'êtes pas le seul à avoir lu Banville...votre post-scriptum me donne l'impression d'une légère suffisance ou d'un léger mépris... attention : c'est
juste une impression personnelle et jamais je ne mettrai en doute votre honorabilité... c'est ce que je n'aime pas sur le net : on ne peut pas discuter avec la personne et on risque de se faire de
mauvaises idées... Cependant, si je peux me permettre, je préfère apprendre en lisant les Poètes que ceux qui sa cachent derrière leur traité pour éclairer leur vers... Baudelaire était Poète,
Banville lui a juste chipé sa maîtresse, son oeuvre ayant été oublié de presque tous à l'exception de son traité, se permettant de "corriger" certains vers de Baudelaire en 1868 au point
qu'actuellement, on ne sait plus quoi attribuer à qui et que tous les éditeurs sérieux reviennent donc au premier tirage pour les poèmes concernés (le solécisme volontaire de La Muse Malade, par
exemple). Je cesse ici de vous importuner tout en vous adressant mes respects pour le travail que vous accomplissez autant dans l'aide à autrui que pour la défense de la Poésie. 


Darius Hyperion 29/12/2009 09:11


Merci de votre passage.


David 28/12/2009 11:02



Après avoir lu votre essai sur le sonnet, je me suis bien douté que vous aviez choisi une forme irrégulière au vu de la disposition des rimes et du choix néo-classique de la synérèse à "sérieux",
par exemples. Les deux petites remarques que j'ai faites étaient juste mon ressenti de lecteur amateur car, même dans la poésie classique "modernisée" ou volontairement "malmenée", je reste assez
"sensible" sur ces points-là. Cordialement, 



Darius Hyperion 28/12/2009 14:27


La poésie c'est le fond ET la forme. Ici les deux se rejoignent : c'est du bâclé.
Le tout est d'être conscient de ce que l'on fait, et non de le faire par erreur ou ignorance.
Merci d'y avoir été sensible.

Cordialement

PS : Je ne suis pas "néo-classique". Je ne suis pas les théories du Classicisme, pas plus que celles du Romantisme, du Baroque, du Parnasse, du Symbolisme ou autre Surréalisme, etc. Concernant le
vers, on parle de vers "régulier", qui suit des règles, qui s'oppose au vers "libéré", qui n'en suit pas, du moins en apparence.
A côté des règles claires, précises, fondées (comme pour l'hiatus ou l'e muet), il y a des usages fluctuants, complexes et souvent incohérents, ce qui est le cas pour les synérèses et les diérèses
(cf. traité de Banville en lien sur ma page d'accueil). Dans ce domaine j'applique un usage contemporain, mais mon vers reste régulier.


David 28/12/2009 05:47


Je découvre vos poèmes avec grand plaisir ! Enfin, quelqu'un qui écrit avec une connaissance (exhaustive ?) de la prosodie classique. Juste deux petites remarques, si je peux me permettre : a)
l'assonance de la voyelle "i" aux césures des deux derniers vers coupe la fluidité de vos alexandrins. b) la répétition de "être" en tant que verbe d'état au second vers (mas bon, vous n'avez pas
le choix puisqu'il s'agit d'un clin d'oeil au poème de Rimbaud) et dans la chute... Sans doute avez-vous préféré à "mort d'avoir vécu" qui est aussi une formule assez "cliché". Juste un avis ou
plutôt un 'ressenti" d'amateur. Cordialement, 


Darius Hyperion 28/12/2009 10:19


Exhaustive sans doute pas, vaste plus probablement.

Ce poème a pour vocation d'être irrégulier.
Merci pour vos remarques, que l'on pourrait discuter car tout ceci est bien léger en regard d'autres fautes plus conséquentes volontairement disséminées dans ce sonnet.