Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Amertumes

Ballade du Clochard

9 Juillet 2008 , Rédigé par Darius Hyperion Publié dans #Ballades

Écoutez qui monte des Rues,
Depuis le Recoin le plus noir,
Cet Air aux Paroles si crues
Qu'en rougirait même un Miroir,
Ce Chant si plein de Désespoir
Qu'il fait pleurer le Chien qui grogne,
La Note du dernier Déchoir,
La Complainte du vieil Ivrogne.

Malgré les Poils sur mes Verrues
Je fus Prince d'un Abattoir,
Mesdames, vous étiez férues
De me tomber votre Mouchoir.
Amiral de Bateau-Lavoir,
Je remontais l'Eau de Cologne ;
Ah ! Qu'elle est belle d'Émouvoir
La Complainte du vieil Ivrogne.

Aujourd'hui, sous mes Barbes drues
Qui découragent le Rasoir,
Je compte mes Dents disparues
D'un Doigt qui fume le Pissoir ;
Le Gros Rouge ouvre mon Gueuloir
Et façonne ma grosse Trogne
Où se lit, comme au Présentoir,
La Complainte du vieil Ivrogne.

ENVOI

Passants qui passez sans me voir,
Glissez donc trois Sous dans ma Pogne,
Ne rabaissez pas au Trottoir
La Complainte du vieil Ivrogne.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

clo 11/07/2008 19:41

Voilà trois sous Darius, pour que vous les glissiez de ma part dans la pogne de ce brave clochard.J'ai beaucoup aimé ce poème. Il y a deux sujets sur lesquels j'aimerai écrire mais je n'y arrive pas sans doute parce que ma rage est trop forte pour pouvoir l'exprimer, c'est justement sur les SDF et ces clandestins africains qui meurent avant d'atteindre l'Europe.Je suis donc très admirative quand je lis un aussi joli poème sur l'un de ces thèmes.Cordialement. Clo

Darius Hyperion 11/07/2008 23:55


Merci de la part du Clodo, je lui ai transmis.

Ce genre de sujet est effectivement difficile à traiter sans tomber dans la moralisation excessive. Je suis sans doute tombé dans l'excès inverse : un peu trop de légèreté.

Après les sonnets, que diriez-vous d'aborder la ballade ?

Cordialement