Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Amertumes

L'Albatros en ville

27 Octobre 2015 , Rédigé par Darius Hyperion Publié dans #Sonnets

Le poète est semblable au prince des nuées
Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal, L'Albatros

 

Le Chancre de la Ville enfle dans son Réseau
De Béton, de Goudron, d’Acier, de Verre et d’Homme
Et d’Électricité qui la fait briller comme
Un Astre pâle et froid sous l’Aile de l’Oiseau.

Pour le Passant des Airs qu’importe le Fuseau,
Le Peuple et sa Couleur, qu’importe qu’on la nomme
New York, Paris, Pékin, Babylone ou Sodome,
Tout s’érige pointu, Flèche, Angle aigu, Biseau.

Des Millions vivent là, des Sous-sols qui s’enfoncent
Aux Antennes des Tours, de noirs Tunnels où foncent
De gros Vers mugissants aux Pics de Pollution.

Et le Prince, esseulé parmi les vastes Toiles,
Leur chante son ultime et plaintive Pulsion :
« Levez la Tête au Ciel, regardez les Étoiles ! »

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Pierre 27/10/2015 11:19

Le vermisseau de ville, aveuglé de néon, ignore que là-haut, brillent encore les étoiles.
Avec mon amical bonjour,
Pierre.

Darius Hyperion 27/10/2015 14:55

Bonjour,
C'est tout à fait cela.
Vous pouvez retrouver ce poème sur ma page Facebook
https://www.facebook.com/cyrus.endymion
accompagné d'un tableau de Patrick Chaudesaigues.
Merci pour votre passage